À Musitechnic nous encourageons les étudiants à sortir et aller enregistrer des sons qu’ils peuvent utiliser dans leurs projets de post-production. Les enregistreurs portatifs sont bien pratiques quand il s’agit de capter une ambiance ou un « room tone » (le fond sonore d’une pièce) sur le vif. J’ai pris 4 enregistreurs portatifs différents qui sont disponible à Musitechnic et j’ai décidé de les comparer avec cette intention en tête. Ce sont des enregistreurs des enregistreurs différents, certains sont plus récents que d’autres, certains ont peu en commun si ce n’est que d’être des enregistreurs portatifs, mais je compare leur son lorsqu’il s’agit d’enregistrer des ambiances avec la post-production cinéma en vue. Je ne vais donc pas comparer les caractéristiques techniques, je vais juste les écouter dans ce contexte. Si vous avez l’intention d’utiliser un de ces enregistreurs, écouter ces enregistrements peut vous aider à choix en connaissance de cause. La dernière fois je vous ai présenté les différents appareils et le premier enregistrement que j’ai effectué pour ce test informel, cette fois ci je vous présente d’autres enregistrements ainsi que mes conclusions.


2) Centre commercial

Mon deuxième arrêt fut le centre commercial. J’ai posé les enregistreurs sur le bord d’une table, comme dans l’enregistrement précédent, afin d’avoir le même champ sonore pour tous les enregistreurs. Voici les sons pour que vous puissiez entendre l’ambiance par vous même.

Impressions :

Je me suis servi des mêmes écouteurs et, encore une fois il n’y avait pas de problèmes audibles sur les pistes. Les impressions que j’ai eu sur l’exemple précédent semblent se confirmer avec cet enregistrement. Comme dans l’exemple précédent l’Edirol R09 a beaucoup de graves (le grondement est encore plus évident ici) et une image stéréo moins large que les Zoom H4 et Zoom H6 (c’est d’autant plus évident lorsque les personnes parlent en passant à coté des enregistreurs entre 0’18 et 0’21).

Situer les sources est plus facile avec les Zoom H4 et Zoom H6 qu’avec l’Edirol R09. La largeur de l’image stéréo est semblable sur les deux Zooms. Le timbre aussi est semblable : on n’entend pas grand changement dans le spectre d’un Zoom à l’autre (le « room tone », la tonalité de la pièce, est assez similaire) mais on entend des différences spectrales assez évidentes entre les autres enregistreurs. Les Zoom H4 et Zoom H6 ont toujours cette sensation ‘trou’ sur cet exemple. Le Roland R26 est plus sombre que les Zooms et semble encore plus sombre que l’Edirol R09 (on le remarque lorsqu’on écoute le « room tone »). Le Roland R26 semble aussi plus large que l’Edirol R09.

 

3) Poème

Pour mon dernier enregistrement j’ai enregistré quelqu’un qui lit un poème. Les enregistreurs étaient placés comme dans les exemples précédents pour qu’ils aient la même perspective. Voici les enregistrements pour que vous puissiez écouter :

Impressions :

Toujours avec les mêmes écouteurs comme moniteur, je n’ai pas entendu de problème apparant. Par contre avec une source d’un niveau plus faible comme celle-ci, le bruit interne et le « hiss » des enregistreurs était audible. Les « room tones » en arrière plan ont des sonorités différentes et en choisir un plutot qu’un autre est une question de gout personnel. L’effet de ‘pièce’ devient apparent. La pièce dans ce cas ci est grande et résonne. Ce n’est pas une pièce idéale : de par son manque de traitement acoustique des ‘échos’ se font entendre. Ces ‘échos’ (la réverbération de la pièce) causent à leur tour du filtrage en peigne (annulations et additions de phase). For des raisons d’intelligibilité je préfèrerais un enregistreur qui minimise cet effet de ‘pièce’. C’est important de mentionner qu’aucun des enregistreurs n’ont mis d’emphase sur les occlusives (« plosives »), ces consonnes (p, t, b, k, d) qui font des « pops » dans les microphones. Il n’y avait pas filtre anti « pop » pour cet enregistrement mais les enregistreurs, posés sur une table, étaient plus bas que la bouche du lecteur debout. Cette emplacement a du aider. Un autre élément important dans la parole, la sibilance, était assez constante d’un enregistreur à l’autre et, sans exagération non plus.

L’Edirol R09 est le plus bruyant des enregistreurs avec beaucoup de sifflement (« hiss ») très audible. Même commentaire pour les graves que dans les exemples précédents mais en ce qui a trait aux aigues, le sifflement est vraiment problématique avec l’Edirol R09. De plus, l’effet ‘pièce’ dont j’ai parlé plus tôt donne un son bas-de-gamme, « lo-fi ». Avec une voix, le son de l’Edirol R09 sera plus fatiguant pour l’oreille et psycho-acoustiquement l’auditeur a plus de chance de ‘déconnecter’ que s’il écouté des enregistrements plus ‘propre’.

Le Zoom H4 est beaucoup plus plaisant à écouter puisqu’il a moins de sifflement. Je me suis demandé si le Zoom H4 n’avait pas tout simplement une réponse en fréquence qui diminue dans les aigues, rendant ainsi tout sifflement moins évident. Tout sifflement n’est pas égal : il ne nous affecte pas de la même façon dépendamment de la bande de fréquence dans laquelle il se trouve, et dépendamment du contenu audio présent qui peut le masquer. Cet exemple de voix est intéressant puisque nous n’avons et ne voulons pas vraiment d’éléments mono, alors en écoutant les différents enregistreurs on remarque bien comment les microphones stéréo captent la source mono différemment. Les microphones XY (coïncidents) des Zoom H4 et Zoom H6 reçoivent la source sonore en même temps ce qui élimine certains problèmes de phase. Cela contribue au son plus plaisant des Zoom H4 et Zoom H6 lorsqu’on les compare à l’Edirol R09 et au Roland R26 qui eux, ont des microphones en configuration quasi-coïncidente.

Le Zoom H6 a plus de graves que le Zoom H4, comme on l’avait remarqué dans la piste précédente. Le sifflement est encore moins fort dans le Zoom H6 que dans le Zoom H4 qui est déjà silencieux, ce qui rend l’écoute encore plus agréable avec encore moins de fatigue pour l’oreille. En résumé, il semble qu’avec avec le Zoom H6, le seul bruit de fond qu’il reste est le ronflement dans les graves. Le Zoom H6 semble avoir une réponse en fréquence semblable à celle du Zoom H4 qui descend dans les aigues et cache d’éventuels bruits de fond. Comme le Zoom H4, le Zoom H6 minimise la possibilité de l’effet de ‘pièce’ sur l’enregistrement.

Le Roland R26 se situe entre l’Edirol R09 et les Zooms en ce qui a trait au sifflement (« hiss »). Le grondement aussi est audible dans le Roland R26, ce qui montre sa sensibilité aux fréquences graves. Toutefois, l’effet de ‘pièce’ dans le son de cet enregistreur le fait paraître inferieur au Zoom H4 et Zoom H6.


Avec une analyse spectrale sur chaque enregistrement on peu observer les mêmes grondements dans les graves ainsi que les mêmes atténuations dans les aigues que nous avions observés sur les premiers enregistrements.

Poem R09 Spectral Analysis

Poem H4 Spectral Analysis

Poem H6 Spectral Analysis

Poem R26 Spectral Analysis

Pour vérifier la compatibilité mono j’ai mis un corrélateur de phase sur les pistes. Vous pouvez le voir sur les photos suivantes. Cela m’a permit de constater que tous les enregistrement étaient très compatibles mono. Le corrélateur de phase a aussi confirmé les largeurs stéréo des différents enregistreurs. Dans les photos vous pouvez voir que les enregistrements des Zoom sont plus larges que les autres.

Edirol R09 Phasescope

Zoom H4 Phasescope

Zoom H6 Phasescope

Roland R26 Phasescope

Conclusion

En conclusion, tous les enregistreurs testés sont utilisables, les plus récents modèles étant meilleur. Pendant les enregistrements j’ai remarqué que l’Edirol R09 a tendance à saturer (distorsion) assez facilement donc il faut bien vérifier les niveaux d’entrée et laisser une bonne réserve dynamique avec cet enregistreur. Un filtre passe-haut (« High Pass Filter ») peut régler plusieurs problèmes de grondement. Certains enregistreurs comme le Roland R26 sont pourvus de filtres passe-haut à fréquence variable. Je crois que la plus grande différence entre les enregistreurs réside dans le champ stéréo (AB ou XY) que chacun capte, ce qui fini par être une question de gout : Quelle couleur le preneur de son veut-il donner à son enregistrement? Certains enregistreurs offrent plusieurs configurations stéréos ce qui peut aider a faire pencher la balance lorsqu’on doit choisir un enregistreur. La discrétion peut aussi être un facteur de choix : certains enregistreurs sont assez petits qu’ils vous permettent de capter des sons sans se faire remarquer…

Questions ou commentaires : k.blondy@musitechnic.net