fbpx

Parmi les cours offerts aux étudiants de Musitechnic, il y a des cours sur la radiodiffusion dont certains se font à la station de radio CIBL. L’arrivée d’Arnaud Larsonneur comme nouveau directeur général de la station communautaire était une bonne occasion pour moi de discuter avec lui de la mutation que vit le monde de la radiodiffusion depuis quelques années. Pour les élèves qui me posent régulièrement des questions sur la radio, pour ceux qui sont intéressés à poursuivre une carrière dans la diffusion, voici une occasion d’en savoir un peu plus sur la radiodiffusion. Cette fois ci, nous regarderons les particularités de la radio, le rôle d’une radio communautaire ainsi que les différences avec une radio commerciale. La prochaine fois nous regarderons les défis de la radio en général ainsi que le rôle des cotes d’écoutes.

 

Parcours

En France, Arnaud Larsonneur fait des études en finances et médias. Il travaille ensuite pour la télévision et la radio dans divers pays. En arrivant à Montréal, il se fait élire au CA de CKUT, la radio de l’université McGill. Le plan de restructuration qu’il propose pour CIBL est accepté par le CA qui l’embauche pour redresser les finances de la station.

 

Particularités de la radio

La radio est différente des autres médias et a ses particularités. Par exemple, les auditeurs ne peuvent pas écouter une radio à laquelle ils n’adhèrent pas, contrairement à une émission de télévision qu’on peut regarder tout en s’en moquant, en prenant une distance. La radio est aussi présente dans l’intimité des gens. Les auditeurs l’écoutent sous la douche, dans la voiture, des moments où l’auditeur est seul.

 

Différences entre radio communautaire et commerciale

Les stations de radio commerciales et communautaires n’ont pas la même mission. Les stations commerciales font de l’argent et les stations communautaires servent la communauté de différentes façons. D’un point de vue financier il y a des avantages pour une radio communautaire par rapport à une station privée. Par exemple, n’ayant pas d’impôts à payer et n’ayant pas d’actionnaires qui réclament des dividendes, l’argent à CIBL est réinvesti ce qui permet à la station de se développer. Par contre, communautaire ou commerciale, il y a une pression pour équilibrer les budgets si la station veut durer. Une autre particularité d’une station communautaire comme CIBL, c’est que le public peut devenir membre de la station et ainsi participer aux décisions de la station. La station devient donc un outil du plus grand nombre où les membres peuvent s’exprimer. Par contre, le défi de cette réalité est de rendre CIBL aussi performant que les autres stations. Il faut quand même livrer du contenu, et augmenter la qualité de ce contenu pour attirer des auditeurs.

Une station communautaire est aussi différente puisqu’elle compte beaucoup sur les bénévoles. le rôle des bénévoles est très important à CIBL puisqu’Arnaud estime que 95% du contenu provient des bénévoles. Les animateurs des émissions matinales et du retour à la maison sont payés mais les chroniqueurs par exemple sont bénévoles. Le défi est donc de pouvoir les garder : « On leur offre du coaching sur l’animation, du coaching sur la production et la mise en ondes; c’est une formation alternative ».

 

Rôle d’une radio communautaire

Pour Arnaud, la radio communautaire a d’autres rôles à jouer que celui de simple tremplin pour les talents locaux émergents. Oui, les artistes émergents ont souvent la chance d’être diffusés à CIBL, avant que d’autres stations ne les remarquent. Oui, il y a aussi beaucoup d’exemples d’animateurs, journalistes et chroniqueurs qui se forment à CIBL avant de poursuivre des carriàeres en radio ou télévision avec d’autres stations.

Mais pour Arnaud la radio communautaire a aussi d’autres rôles à jouer. Il dit qu’une radio communautaire a une mission de proximité. Encore plus que les grands réseaux. Les stations en région qui font partie d’un réseau par exemple, diffuseront localement des émissions qui proviennent du réseau, donc qui ne répondent pas forcément aux besoins ou à la réalité de la région en question. Pour montrer la place que fait CIBL aux préoccupations locales, Arnaud explique qu’un bulletin d’information typique de CIBL aura quatre nouvelles locales, une nouvelle nationale et une nouvelle internationale.

Une radio communautaire pour Arnaud a aussi comme mission de faire ce que les autres ne font pas parce qu’elles ne sont pas indépendantes. CIBL, étant une station indépendante, est libre dans les points de vues qui sont exprimés en onde. Mais, comme le rappel Arnaud, l’indépendance éditoriale vient avec l’indépendance financière et CIBL compte rester indépendant d’où l’importance de l’équilibre budgétaire à long terme.

Si le domaine de la radiodiffusion vous intéresse et que vous voulez en savoir plus sur la réalité que vivent les radiodiffuseurs, la prochaine fois nous nous regarderons les défis auxquels fait face la radio en général ainsi que le rôle des cotes d’écoute pour CIBL.

 

J’aimerais savoir à quelle occasion vous écoutez la radio et quelle radio vous écoutez. Si j’ai suffisamment de reponses je publierais les resultats lors de la deuxième partie de cet article.

 

 

Questions ou commentaires : k.blondy@musitechnic.net

Aller au contenu principal