Les artistes comme les techniciens de son se font régulièrement proposer de travailler gratuitement. Même sans salaire, il peut-être tentant d’accepter de participer à des projets non payants. Pour citer un exemple, l’ingénieur du son Geoff Emerick a accepté de ne pas être payé lorsque, tout nouveau, il assista à la première session d’enregistrement des Beatles. C’est ensuite avec les Beatles (en groupe ou en solo) qu’il fit une bonne partie de sa carrière. C’est juste un exemple. Est ce normal de travailler sans salaire au début de sa carrière ? Est ce que ça apporte réellement quelque chose de travailler gratuitement ? Quels projets devrait-on accepter et quels projets devrait-on refuser si on n’est pas rémunéré ? Souvent la réponse est « ça dépend ». À travers des exemples, je vais essayer de répondre à ces questions que se posent beaucoup de techniciens de son en herbe. Cette fois ci je vais voir certains avantages et désavantages du travail gratuit. La prochaine fois je donnerais d’autres raisons de travailler gratuitement ainsi que des suggestions de ce que vous pouvez obtenir en échange ou de ce que vous pouvez dire lorsqu’on vous propose de travailler gratuitement.

Pourquoi accepter?

Si vous acceptez de travailler gratuitement vous devez avoir quelque chose à gagner.

Avantages :

Visibilité


Lorsqu’on démarre dans un domaine, il est vrai qu’avoir une certaine visibilité aide à se faire connaître auprès de clients potentiels. C’est justement cette visibilité que vont vous proposer ceux qui demandent vos services gratuitement. Avant d’accepter, essayez d’imaginer qui sera présent pour vous voir travailler et si ces personnes peuvent être potentiellement client de vos services. Peut-être que les gens présents ne seront pas directement vos clients mais qu’ils connaissent des personnes qui peuvent avoir besoin de vos services. Par exemple si vous sonorisez un concert pour un groupe, il y aura peut-être dans le public d’autres musiciens qui jouent dans d’autres groupes qui peuvent avoir besoin d’un sonorisateur. Il y aura peut-être dans le public des gérants d’artistes qui peuvent avoir besoin de vos services pour leurs artistes. Pour maximiser votre visibilité, assurez vous d’avoir des cartes d’affaires à distribuer.

Portfolio


Travailler gratuitement sert à bâtir ce portfolio indispensable dans beaucoup de domaines comme le son. Pour prétendre être mixeur de film, il faut avoir mixé des films. Pour être réalisateur de disque, il faut avoir réaliser des disques. Alors peut être que de mixer gratuitement des films étudiants, un court-métrage corporatif pour la compagnie de son cousin, ou une vidéo de recette italienne pour une amie sur Youtube permet de bâtir ce portfolio indispensable.

Publicité


Dans certains domaines, pour afficher ses services on ne peut pas simplement prendre une publicité dans un journal ou un magazine. De plus une publicité peut coûter cher, si on a plus de temps que d’argent, faire du travail gratuit est une autre façon de faire de la publicité. C’est d’autant plus vrai pour les techniciens de son puisque dans certains domaines c’est le bouche-à-oreille qui est le plus efficace. Si vous voulez vous faire de la publicité de cette façon, choisissez vous-même les projets sur lesquels vous voulez travailler et limitez le temps que vous allez donner en en précisant la durée. Par exemple, en proposant une session de studio gratuite de trois heures à un musicien qui joue dans plusieurs groupes, vous avez plus de chance qu’il ait besoin de vos services ultérieurement avec un de ces groupes.

Pourquoi refuser?

Désavantages :


  • Refuser par respect pour ses collègues et sa profession. Ça dévalorise la valeur du travail d’ingénieur du son si c’est toujours fait gratuitement. Les gens ont tendance à penser que c’est un service qu’il est normal d’obtenir gratuitement si c’est quelque chose que beaucoup de passionnés font gratuitement de toute façon. Ça n’aide pas les conditions de travail des techniciens de son si certains offrent leurs services gratuitement.

  • Refuser par respect pour ses clients. Un de vos clients peut ne pas apprécier s’il sait que lui doit payer tandis que certains de vos clients obtiennent les mêmes services gratuitement.

  • Refuser par respect pour soi-même. Mon travail vaut quelque chose. Mon expérience, mon talent valent quelque chose, après des années passés à étudier et peaufiner ses talents, il est normal d’associer une valeur à ce travail.

  • Parce que une fois que vous avez accepté de travailler gratuitement pour un client il est peu probable que ce client deviennent un client payant. Parfois cette personne travaille uniquement avec vous parce que c’est gratuit mais si cette personne devait payer, elle irait travailler avec un de vos concurrents.

  • Parce que ceux qui vous demandent de faire du travail gratuit sont parfois désorganisés et, n’attachant pas de valeurs monétaire à vos services, peuvent vous faire perdre du temps par leur inefficacité. Ils ne se le permettraient pas s’ils avaient à payer pour votre temps.

  • Parce qu’on vous demande de faire les sessions d’enregistrement gratuitement mais la personne qui mixe est payée, la personne qui fait le « mastering » est payée et la personne qui fait le graphisme est payée.

 

Conclusion :

Si vous acceptez de travailler gratuitement, il faut que vous en tiriez un avantage sinon, pas sur que ça vaille le coup. Le travail gratuit a ses bons cotés et sert de tremplin, pour décoller, on ne devrait pas en avoir besoin lorsqu’on a acquit de l’expérience et déjà une carrière. Il est toutefois important de pouvoir repérer les occasions ou les projets qui mènent à de l’argent et repérer ceux qui ont peu de chances d’aboutir à de l’argent. Il est aussi important de pouvoir repérer les événements qui vous donnent réellement de la visibilité, et de vous assurer que c’est une visibilité auprès des bonnes personnes : qui voulez­-vous rencontrer ? des réalisateurs de films, des responsables des ressources humaines, des concepteurs sonores, des groupes qui partent en tournée, des artistes qui veulent enregistrer un disque ? Alors, si vous faites du travail gratuit, assurez vous au moins d’avoir des cartes d’affaire avec vous. La prochaine fois je vous ferais part de suggestions pour maximiser votre temps non rémunéré.

Questions, commentaires : k.blondy@musitechnic.net